La Citadelle de Namur

Juchée sur un éperon rocheux triangulaire au confluent d’une rivière : la Sambre et d’un fleuve : la Meuse, la citadelle de Namur se déploie sur une superficie de plus de 10 hectares.  Son sommet culmine à 190 m d’altitude.


Reconnue et classée par la région wallonne, elle fut l’une des plus grandes forteresses d’Europe.
Occupant une position stratégique au cœur du vieux continent, la citadelle namuroise a été le théâtre de sièges incessants et n’a cessé de changer de mains jusqu’à l’indépendance de la Belgique en 1830.

Les premières traces de campements humains sur le site du confluent remontent à environ 6000 avant Jésus-Christ.  De nomade, l’habitat se fera progressivement permanent.
Dès le Ier siècle, on note déjà, sur la rive gauche de la Sambre, une bourgade bien structurée, dotée d’un port à la pointe du Grognon.  (Confluent de la Meuse et de la Sambre).
Les monnaies retrouvées attestent que Namur entretient des relations commerciales avec le reste de l’Empire romain.
L’évolution du bourg s’accélère et l’importance du port s’intensifie du Ve siècle au IXe siècle.

Les premières fortifications sur l’éperon rocheux qui deviendra la citadelle datent au moins de cette époque.

Napoléon l’avait déjà surnommée la « termitière de l’Europe » en raison de son imposant réseau de souterrains. La Citadelle de Namur ouvre 500 mètres de galeries.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *